Phonak
logo

Le vieillissement cérébral, et non auditif, pourrait être à l’origine de difficultés auditives

cérébral

Si, lors des repas de fêtes de fin d’année, il vous faut répéter ce que vous dites à votre aïeule, sachez que ce n’est peut-être pas parce qu’elle entend mal.

Selon une nouvelle étude, les difficultés rencontrées par les personnes âgées pour entendre le discours dans un environnement bruyant peuvent en réalité être causées par un dysfonctionnement cérébral et non auditif.

Des chercheurs de l’université du Maryland ont déterminé que des adultes d’âge avancé dont l’audition serait ‘considérée normale dans une évaluation clinique’ avaient du mal à suivre le discours dans un environnement bruyant – et ce bien plus que des individus de 18-30 ans, selon le Journal of Neurophysiology.
« La représentation dégradée du discours dans le bruit, dans un mésencéphale et un cortex vieillissants, a entre autres été prouvée par la recherche actuellement menée sur le problème dit de ‘cocktail’, ou la capacité du cerveau à se concentrer sur un flux particulier du discours dans un environnement bruyant et à le traiter. Cette étude réunit de multiples disciplines, notamment audiologie et orthophonie, neuroscience et science cognitive, génie électrique, biologie et science des systèmes », rapporte Science Daily.

Dans le cadre de l’étude, mésencéphale et cortex ont été scannés pour suivre l’intensité de l’activité électrique tandis que les individus écoutaient des interlocuteurs dans des environnements soit tranquilles, soit animés. Chez les sujets jeunes, le mésencéphale a généré un signal qui a rempli, dans l’un et l’autre cas, sa mission tandis que chez les sujets âgés, la qualité de la réponse au signal vocal a été dégradée dans l’environnement bruyant mais aussi dans l’environnement tranquille.

Les scans ont montré que le cortex auditif des sujets âgés avait besoin de plus de temps que celui des sujets jeunes pour figurer la même quantité d’informations.
Toujours selon Science Daily « pour les auditeurs âgés, même lorsqu’il n’y a pas de bruit, le cerveau a du mal à traiter la parole », a expliqué l’un des chercheurs, Jonathan Z. Simon.

“Pour les auditeurs âgés, même lorsqu’il n’y a pas de bruit, le cerveau a du mal à traiter la parole.”

Mais pourquoi ?
Selon les chercheurs, cela pourrait s’expliquer par un déséquilibre entre processus neurologiques excitateurs et inhibiteurs dans le cerveau, perturbant la capacité de ce dernier à correctement traiter les stimuli auditifs, entraînant une réponse corticale anormalement élevée. L’apparente ‘érosion de la fonction cérébrale’ semble être typique des personnes âgées et est considérée par les chercheurs comme un élément naturel du processus de vieillissement.

Et après ?
Les chercheurs vont essayer de voir si des techniques d’entraînement cérébral peuvent aider les personnes d’âge avancé à améliorer leur compréhension de la parole. Samira Anderson, chercheuse, explique :
« Ce qu’il faut retenir, c’est que les personnes plus âgées de notre étude ont une audition normale comme le prouve les audiogrammes et pourtant, elles ont du mal à comprendre la parole dans le bruit car les éléments de synchronisation du signal vocal ne sont pas encodés avec précision. Comme leur audition est normale, le fait de parler plus fort n’aide en rien. Si quelqu’un a du mal à vous comprendre dans un restaurant bruyant ou une salle bondée, le plus important est de parler clairement, à un rythme normal ou légèrement ralenti. Votre grand-mère appréciera lors de ces prochaines fêtes ! »

Une future étude incorporera peut-être le suivi de l’activité électrique dans le cerveau de sujets jeunes et moins jeunes atteints de perte auditive, avec comparaison entre ceux qui utilisent des aides auditives et ceux qui n’en portent pas. (Si ‘l’entraînement cérébral’ aide à réduire les difficultés causées par le vieillissement, je commence tout de suite !)

Partagez-moi vos astuces en matière de communication !

Angie Aspinall on LinkedinAngie Aspinall on Twitter
Angie Aspinall
Angie est journaliste freelance, photographe, conceptrice de sites web et conseillère en médias sociaux pour Aspinall Ink (www.aspinallink.co.uk). Elle vit en Écosse avec son époux Richard et leur westie, Tilly (@TillytheWestie). Vous pouvez suivre le groupe de discussion international d’Angie #HearingLossHour sur Twitter @hearinglosshour.

Leave a Reply

Soyez le premier à commenter !

  Subscribe  
Me notifier des

© 2017 Phonak AG. tous droits réservés.