Phonak
logo

Travailler avec un enfant atteint de perte auditive

Enseigner et travailler avec un enfant qui a des besoins spéciaux — voir l’enfant évoluer et apprendre — est purement et simplement merveilleux. Directrice d’école, Suzanne Webb est une ancienne enseignante. Aujourd’hui, en qualité d’administratrice scolaire, elle défend la cause des enfants qui ont des besoins particuliers.

Pour Suzanne, chaque enseignant se doit de veiller à ce que tout élève parvienne à suivre le programme, réussisse et ait envie d’apprendre. Au début de chaque année scolaire, tout enseignant de Suzanne qui a un enfant sourd ou malentendant dans sa classe rencontre en général le précédent maître de cet enfant. Cette réunion permet aux instituteurs d’échanger des informations à son sujet et d’évoquer les stratégies précédemment mises en œuvre dans la classe.

Pour s’assurer que l’élève atteint de perte auditive suive, l’instituteur doit prendre des mesures supplémentaires. Il peut lui être utile de comprendre les mécanismes de la perte auditive et de faire preuve d’une flexibilité, d’une détermination et d’une créativité accrues pour trouver des solutions. Et, bien sûr, une bonne communication avec l’élève est indispensable.

Comprendre ce que signifie la « perte auditive »

Difficile lorsque l’on ne souffre pas de perte auditive de savoir exactement de quelle manière l’audition d’un enfant est affectée ou ce qui lui permet de mieux entendre. Par exemple, un enseignant qui découvre la perte auditive peut ne pas savoir qu’une voix située dans les aigus est souvent plus difficile à entendre ou qu’une barbe rend la lecture labiale plus délicate.

En plus d’apprendre ce qu’un élève atteint de perte d’audition peut ou ne peut pas entendre, comprendre ce que cet élève vit — son expérience — est également important. Écouter est fatigant pour une personne malentendante. La fatigue est identique à celle que l’on ressent lorsque l’on séjourne dans un pays étranger dont on ne maîtrise pas vraiment la langue.

Dans le quotidien d’un enseignant, obtenir le calme en classe est souvent la priorité et il arrive que l’instituteur soit contraint d’accorder une attention disproportionnée à des élèves perturbateurs.

Si l’enfant atteint de perte auditive ne requiert pas une telle attention, il a néanmoins besoin d’aide. Il peut être bien que l’enseignant pense, à l’aide de mémos, à régulièrement vérifier l’apprentissage de l’élève malentendant, même les journées les plus chargées. Une petite vérification qui peut faire une grande différence dans l’expérience de l’enfant.

Faire preuve de souplesse et de créativité

Ellen Winkler et son époux ont eu la chance de rencontrer une institutrice géniale pour Jagger – leur fils atteint de perte d’audition. Cette enseignante de maternelle de Denver a voulu changer sa manière de travailler et le fonctionnement de la classe pour faciliter la vie du petit garçon — sans qu’il se sente différent. « L’institutrice de Jagger a été incroyable, » déclare Ellen. « Elle s’est montrée à notre écoute, prête à travailler plus pour être sûre qu’il recevait tout ce dont il avait besoin. » L’enseignante de Jagger a également mis au point une technique pour coordonner l’utilisation de sa technologie FM dans la classe. « Elle a élaboré toute une série de signes avec les mains pour savoir si ses aides auditives fonctionnaient, » explique Ellen. « Tout en relativisant, pour que les autres élèves considèrent que cela fait partie de la vie de classe. »

Communiquer efficacement

Quelques astuces simples, utilisées en classe, peuvent faire une réelle différence pour l’élève atteint de perte auditive:

• L’enseignant doit veiller à ce que son visage soit visible lorsqu’il parle et doit penser à regarder le plus possible l’enfant malentendant.
• Suzanne Webb suggère également d’instaurer le travail en binôme. « Les élèves coopèrent, » explique-t-elle. « Ainsi un enfant entendant va travailler avec un enfant sourd ou malentendant. » De cette façon, l’élève déficient sait où en est la classe dans la leçon ; cela soulage également l’enseignant lorsqu’il est très occupé.
• Enfin, il est bon de donner un contexte et de répéter, ce qui est utile aux élèves atteints de perte auditive mais aussi aux autres élèves : annoncer ce qui va être vu et résumer ce qui a été appris.

Les technologies d’assistance peuvent améliorer l’apprentissage en classe pour l’élève atteint de perte auditive en favorisant l’accès au son et en éliminant les bruits de fond. La plus commune est la technologie FM, qui transmet directement le son dans les aides auditives de l’enfant. Correctement utilisée, cette solution est très efficace. Il est donc primordial de veiller à ce que l’appareil soit toujours allumé et fonctionne convenablement.

Ellen constate que, sans la technologie FM, son fils Jagger ne peut entendre que 75% de ce qu’il se dit en classe. « Avec la FM, il en entend près de 98%, » précise-t-elle. Il est également important que le locuteur — qu’il s’agisse de l’instituteur, d’un intervenant ou d’un autre élève — porte ou tienne le microphone. L’enseignant peut maximiser le potentiel de la technologie FM en expliquant son importance aux autres élèves, parents et enseignants, y compris les suppléants et le personnel administratif.
Enfin, encourager l’enfant à faire valoir ses droits est peut-être la chose la plus importante qu’un enseignant puisse faire pour aider un élève. Si vous créez un environnement dans lequel un enfant atteint de perte auditive lève sans gêne la main pour dire « Excusez-moi, Madame (Monsieur), je ne vous entends pas », vous contribuez incontestablement à changer la vie de cet élève.

© 2017 Phonak AG. tous droits réservés.